Trouver le juste millieu

Healthy / Recent Post / 27/09/2017

Je viens juste de rentrer de deux semaines de vacances bien méritées, pendant ces vacances, j’ai mangé, trinqué, pas fait de sport… et oui, j’ai pris du poids. Mais bizarrement, alors que l’addition sur la balance est plus généreuse que les autres années, je suis moins inquiète. Pour une fois, dans ma vie, je ne me suis pas sentie comme une grosse tata après avoir pris ces… je ne sais pas 3…4Kg? Aucune idée, ça fait des années que je ne me pèse plus j’avoue.

Je ne suis pas dégoûtée d’avoir pris du poids, je ne suis pas écoeurée d’être boudinée dans mes pantalons… mais pour autant je n’accepte pas le poids que j’ai pris.

Parce que oui, j’aime bien être toute mince et que mes vêtements taille S ne crient pas « Au secours on craque ». J’aime quand je prends un pull taille M « parce que tu comprends j’aime bien quand c’est large ».

Happy skinny me

Skinny me 2Skinny me

Je sais, c’est scandaleux de nos jours de prôner le skinny et pourtant, je me préfère mince et je n’ai pas honte de le dire. Parce que c’est ça aussi s’aimer, savoir qui on est, ne pas s’en vouloir si on a envie d’atteindre la meilleure version de soi-même chaque jour.

Soi-même! Pas un modèle inaccessible retouché, pas une image trop parfaite pour être réelle, pas une muse qui nous pousse vers l’obsession morbide.

Beaucoup de gens de nos jours militent pour le droit d’être différente, d’avoir des défauts, de bourrelets et c’est très bien, c’est magnifique. Mais je si je ne me reconnais pas dans la recherche d’une perfection inatteignable, je ne me reconnais pas non plus à 100% dans ce discours d’over acceptation. Parce qu’essayer de m’améliorer, tenter de prendre soin de moi, me sentir belle parce que j’ai pris le temps de me maquiller, rentrer à nouveau dans mon jeans préféré, font partie de mes petites victoires quotidiennes.

Quelques kilos en plus mais toujours Happy me :

Happy me

Je préfère donc le troisième discours, celui qui dit qu’on est imparfaites (cf: Chrystelle Charlier), mais que ça n’est pas grave, parce qu’avec des efforts on peut s’aimer et être heureuses.

Clairement pleine de défauts, mais motivée donc de nouveau Happy me :

imparfaite

En résumé, la base c’est de s’aimer, de s’aimer assez pour travailler sur son bonheur.

Photo by Flaunter .com on Unsplash






Angy Ferro
Fondatrice de ce magazine Lifestyle online qui parle de mode et de beauté. Passionnée également de musique, de restos et de tout ce qui habite le monde des femmes actives accomplies.




Previous Post

Pourquoi je continue à utiliser un agenda papier

Next Post

" ça fait rire les oiseaux"





0 Comment


Laisser un commentaire


More Story

Pourquoi je continue à utiliser un agenda papier

Il y a 6 mois une copine postait sur facebook son désire d'acheter un nouvel agenda, je lui ai répondu à l'époque quelque...

03/09/2017
%d blogueurs aiment cette page :