La fatigue mentale de l’indépendant comment en sortir?

Entrepreneur / Recent Post / 10/08/2017

Vous le savez, je suis indépendante depuis 8 mois maintenant, et j’en suis tout à fait heureuse. J’aime ce que je fais – encore heureux j’ai quitté mon super job pour me lancer. J’aime mes clientes – je rencontre vraiment des gens au top qui me donnent du courage et m’inspirent!

Mais, ça n’est pas toujours tout rose, au delà de l’angoisse du revenu à aller chercher, il y a la fatigue mentale liée à la charge émotionnelle et à la charge de travail.

C’est que, quand on est employé, on est stressé, on est fatigué… mais les tâches sont structurées par un contrat signé où notre job est décris point par point, si on exécute d’autres tâches à côté, c’est plus ou moins notre faute (évidement, c’est pas aussi simple, je vous l’accorde, c’est pour ça que je dis plus ou moins).

Ce statut d’employé a deux avantages:

  1. On a une liste de tâches journalière à accomplir qui est pré-établie : mon boulot c’est justement cet ensemble de tâches, je sais donc comment ma journée va se dérouler.
  2. On a pas à s’occuper d’effectuer les tâches qui ne sont pas reprise dans notre contrat de travail: Si tu es stratège, tu n’es pas censé réclamer les impayés aux clients (responsabilité du service comptabilité)

Sauf que,  quand tu es  indépendant, tu perds les avantages de ce contrat, tu es tout seul, tu montes un business, tu dois tout faire… faire des choses que tu hais, des choses pour lesquelles tu n’es pas très doué, en plus démarcher des clients, faire de la stratégie, de la prospection… et pendant ce temps-là… tu remarques qu’on a même pas encore parlé de ton vrai job, ce pourquoi tu as quitté ton travail « confortable ».

Découle de tout ça de la saturation, tu n’arrives plus à créer ton énième poste facebook, tu souffles parce qu’arrive le jour de la facturation, tu fatigues quand tu penses aux coups de fil que tu dois passer pour trouver des clients…

En gros, tu te poses, regarde devant toi et arrive à une conclusion effrayante face à ces tâches devenues ingrates:  « y a plus rien de bon qui sort, je n’arrive plus à réfléchir ».

Tu sais à l’intérieur de toi quelle est la solution : »faire une pose, décrocher quelques jours, changer d’air ».

Sauf que tu lances ton business,  et pour t’inspirer, pendant tes poses tu t’es gavé de Ted sur la productivité, de vidéos de vlogueurs sur l’organisation, de podcasts de girl boss sensés te booster… au final, tu culpabilises, tu te dis que tu en es juste au début et tu te sens déjà faible, tu doutes, tu satures, tu broies du noir.

Et bien ami entrepreneur, sache que c’est normal, quand tu passes par là faut effectivement lâcher prise.

Oui, le fameux « lâcher prise », celui qu’on arrive pas bien à cerner… c’est quoi lâcher prise au final?

Est-ce qu’il faut tout envoyer péter? Est-ce qu’il faut déléguer? Est-ce qu’il faut partir en vacances?

Et bien, oui et non, ça dépend, faut voir.

Je m’explique, lorsque tu en arrives là, tu as besoin de te recentrer, et là j’avoue, je n’ai pas de solution magique, tout simplement parce que tout le monde est différent.

Moi-même, je n’y suis pas encore, je teste plusieurs choses… ce qui fonctionne bien dans mon cas, pour récupérer petit à petit; car dis-toi bien qu’il n’y a malheureusement pas de solution rapide; c’est de ne rien faire pendant un moment; et quand j’ai une idée intéressante pour le boulot, je passe à l’acte.

Par exemple cet article. Depuis deux jours je ne bosse pas à fond; une facture à gauche, un mail à droite, mais rien de fort violant. Ce matin par contre, je me suis réveillée avec cette énergie, cette envie de désamorcer cette culpabilité ressentie en la partageant avec d’autres. Parce que je sais que je ne suis pas la seule, je sais qu’on est dans une société où la culpabilité est légion. On est jamais assez ( énergique, mince, jeune, successful, réactif).

La preuve, tout le contenu disponible qui te montre ces gens qui ont du succès  et que tu as fini par t’imposer comme modèle. Ce contenu qui est censé te motiver; qui fonctionne bien quand tu as une petite descente d’énergie; mais empire ton sentiment de culpabilité quand tu as un passage à vide. Ce contenu qui te donne des solutions, sans énoncer le pourquoi de ton problème, sans aborder le ressenti.

#GIRLBOSS by Sophia AmorusoEst-ce que remplir ton Filofax pendant 20 minutes de to-do’s  a vraiment amené la motivation nécessaire pour abattre ta journée? Est-ce que te lever tôt un jour ou tu as la tête vidée est vraiment productif? Est-ce qu’aller faire 2 heures de gym quand tu as bossé toute la semaine jusqu’à pas d’heure est vraiment quelque chose à s’imposer?

Peut-être… peut-être pas…

Ma façon de réagir c’est de continuer de noter mes to do’s, mes idées, mais de m’y mettre quand l’esprit y est. Parler, faire autre chose, sortir de ma routine pour réactiver des zones de créativité autres que celles que j’active chaque jour. Me laisser le temps de respirer, d’absorber d’autres choses, me décentrer pour mieux me recentrer.

Si je peux vous donner des conseils, ne vous laissez surtout pas submerger par la culpabilité. Parlez-en autour de vous, des entrepreneurs, des amis neutres, votre famille bienveillante, des gens qui sont susceptibles de vous tirer vers le haut.

Parce qu’il est idiot de penser qu’un être humain peut-être performant à chaque instant, il est honteux de vouloir nous faire croire qu’être une machine de guerre c’est vivre pour son business 24/24h. Parce qu’en fait, big news « une machine aussi ça a besoin d’un entretien ».

Photo fatigue mentale : goldmanlaboratories






Angy Ferro
Fondatrice de ce magazine Lifestyle online qui parle de mode et de beauté. Passionnée également de musique, de restos et de tout ce qui habite le monde des femmes actives accomplies.




Previous Post

Une vie sans alcool c'est possible?

Next Post

Gérer un deuil lorsqu'on travaille





0 Comment


Laisser un commentaire


More Story

Une vie sans alcool c'est possible?

J'aime bien boire un verre, oui, alors, je ne met jamais de "mine", mais si je suis au resto ou avec des amis, j'aime bien...

07/08/2017
%d blogueurs aiment cette page :