Hairfail ou pourquoi je n’irai plus que chez les coiffeurs de riche!

Beauté / Recent Post / 02/08/2017

Je vais me mettre les gens à dos, je sais ET m’en fiche. Je suis un cauchemar vivant pour les coiffeurs. Je change de couleurs chaque deux mois, et je peux me mettre en tête de passer du noir au blond… du blond au blanc… du blanc au rose… Bref, je suis un enfer sur pattes pour les coloristes.

Il y a un an, j’avais décidé d’avoir les cheveux blancs et longs; c’est mignon je sais! Mon coloriste de l’époque avait refusé, comme je suis bornée, j’ai donc décoloré mes cheveux à la maison.

Quelques mois plus tard, mes cheveux m’arrivent sous les épaules (enfin!) et sont… défoncés. Je décide de rattraper le coup en coupant et en passant au plus foncé. 6 mois plus tard, 2 passages chez le coiffeur ( dans ma rue) et 4 shampoings colorant plus tard (de supermarché), je décide que mes cheveux sont en meilleurs forme et qu’il est temps de repasser à un blond moyen à l’aide de mèches.

L’inspiration:

Lucy Hale

Comme je suis indépendante, je décide de faire quelques économies en allant faire des mèches chez un coiffeur qui est moins réputé que celui chez qui j’avais l’habitude de me rendre jusqu’à il y a un an…

Et OMG je suis sortie de là avec des mèches de baraki et une coupe plus courte que ce que je souhaitais. Je ne parle même pas du brushing qui accompagnait tout ça.

 

La cata, ma tête déconfite :hairfail

Je rentre chez moi et j’analyse, c’est franchement vilain. Mais je ne me démonte pas, je décide d’utiliser un shampoing professionnel aux pigments bleus pour neutraliser la couleur des mèches et atténuer un peu la couleur foncée ; après ça, j’ai retravaillé le brushing pour moderniser un peu tout ça,  et ouf! ça va déjà mieux.

Sexy attitude post styling by me! Comme on dit dans les magasines  » Avant/Après », c’est loiiin d’être génial, mais je peux tenir avec cette tête 2 ou 3 mois jusqu’à la prochaine séance de mèches.

Hairfail

Par contre, j’ai pris une décision:

  1. Après avoir décoloré mes cheveux moi-même : plus jamais!
  2. Après avoir teint mes cheveux avec des couleurs de supermarché : plus jamais!
  3. Après avoir fait des mèches et des coupes dans des salons bon marché : plus jamais!

Le soucis dans les salons un peu moins standing, est qu’ils ne sont pas toujours formés aux nouvelles techniques, ou même aux tendances… voilà pourquoi je suis sortie de chez ce coiffeur avec les mèches à la Rachel Green de « Friends ».

Dans les salons « tendances », « chics »,  » chers », « trendy »… appelez comme vous le voulez:

  1. Le coiffeur et le coloriste ne sont pas la même personne : chacun sa spécialisation.
  2. Les formations sont continues pour maîtriser les nouvelles tendances et les nouveaux produits.
  3. On n’a pas l’impression d’être un numéro, il faut prendre rendez-vous, expliquer à l’avance ce qu’on veut pour que le salon vous prévoie un créneau suffisant, de là, les personnes qui s’occupent de vous peuvent prendre le temps de vous écouter, de vous trouver des solutions. Les coiffeurs des petits salons, ou des chaînes, jonglent parfois seuls entre plusieurs clientes en même temps, s’ajoute à ça qu’ils acceptent les clients sans rendez-vous, ce qui leur met une pression supplémentaire.
  4. Les salons qualitatifs ne sont pas forcément beaucoup plus cher et le surplus, c’est le gage de qualité, de bonheur, et ça, ça se paie. Sortir avec une coupe et une colo loupée que vous avez payées plus de 150€ ça fait mal. Par contre, vous sentir belle, bien dans votre peau, chic, élégante, pour peut-être 20€ en plus… le choix est vite fait!

Je ne dis pas évidemment qu’il n’y a pas de bons coiffeurs dans les chaînes ou dans les salons supposés moins chers… il y en a c’est évident! Là où je me méfie beaucoup plus et où on ne m’y reprendra plus, c’est pour les colorations. Désolée, mais les colos cheapos, c’est fini!

 

 

 


Étiquettes : , , ,



Angy Ferro
Fondatrice de ce magazine Lifestyle online qui parle de mode et de beauté. Passionnée également de musique, de restos et de tout ce qui habite le monde des femmes actives accomplies.




Previous Post

Le jour où j'ai presque acheté un Birkin

Next Post

Une vie sans alcool c'est possible?





You might also like



0 Comment


Laisser un commentaire


More Story

Le jour où j'ai presque acheté un Birkin

Le Hermès Birkin est LE sac de mes rêves (certainement le sac de rêve pour beaucoup de gens en fait). Depuis que j'ai...

30/07/2017
%d blogueurs aiment cette page :